DHCenter - logo

Le projet a pour but la numérisation et l’indexation de l’ensemble de la documentation scientifique produite (entre 1954 et 1956 + 1966) par Paul Collart et son équipe sur le sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre (datant en gros du IIe siècle de notre ère), détruit à l’explosif par Daech en 2015. L’exploitation des données scientifiques permet la création de bases de données et d’images (aussi utile pour lutter contre le trafic des biens culturels), mais aussi la création d’un double numérique du sanctuaire (dont la visualisation se fait de manière diachronique). Nous créons ainsi un outil de recherche scientifique (capable aussi de poser des hypothèses sur la faisabilité d’une anastylose), et un support pour la conservation de la mémoire culturelle de ce monument emblématique de la Syrie. Nous développons des projets éducatifs afin de transmettre cette mémoire aux générations futures.

Contexte

Une partie du site de Palmyre, en particulier le sanctuaire de Baalshamîn avait été fouillé par une équipe d’archéologues suisse, sous la direction de Paul Collart, ancien professeur de l’UNIL. Après la destruction à l’explosif du temple de Baalshamîn, en 2015, le fonds des archives Collart conservé à l’Université de Lausanne représente désormais la source la plus complète pour comprendre, conserver la mémoire, et restituer le sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre, aujourd’hui complètement détruit.

Enjeux

Le projet permet une reconstruction virtuelle et diachronique du monument, sur la base de la documentation conservée dans les archives. C’est aussi un projet avec un aspect de médiation culturelle puisque les images produites sont montrées au public et permettent de sensibiliser le public aux questions de préservation du patrimoine. L’aspect médiation permet aussi de montrer comment les nouvelles technologies servent la culture. «La véritable valeur ajoutée à la technologie, c’est la culture.»

Impact

Le projet s’inscrit dans un travail de mémoire, dans une lutte pour la préservation d’un patrimoine qui est partie intégrante de la mémoire culturelle du peuple syrien et de notre mémoire collective. Palmyre comme lieu de mémoire résonne dans l’esprit de tous, mais nous devons avant tout penser aux générations de demain.

Ressources

  • Voir le projet sur le site Digitalscholarchip.ch
  • Michel, P. (2020) Palmyre, collection Que sais-je ? n°4153, Presse Universitaire de France, Paris, 137 p.
  • Michel, P., (2019) Palmyre. Hier, aujourd’hui. Et demain ? Favre, Lausanne, 151 p.
  • Michel, P.    (2019) « Le temple de Baalshamîn et le site de Palmyre dans les archives de l’Université de Lausanne », The Conversation, 3 février 2019
  • Michel, P.    (2018) « Le temple de Baalshamîn et le site de Palmyre dans les archives de l’Université de Lausanne », in N. Aloudat (dir.), Cités millénaires. Voyage virtuel de Mossoul à Palmyre, Catalogue de l’exposition, Institut du monde arabe, 10 octobre 2018 – 10 février 2019, Paris, p. 72-77 (Traductions : anglais, allemand).
  • Michel, P.  (2017) « Le sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre dans les archives de Paul Collart à l’Université de Lausanne », in P. Ducrey, P. Gros, M. Zink (éds.), Les Archives au secours des temples détruits de Palmyre, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, p. 11-26.

#ASAnumerica – Classics and digital technologies at UNIL

Toponymical Atlas of the Canton of Vaud

UNIL-EPFL Cultural Innovations Program / Programme Innovations Culturelles (PIC)

French Lexis in the Auchinleck Manuscript: A Digital-Philological Approach