Publication l Produire un son « naturel ». Imbrication et différenciation de l’analogique et du numérique pour créer l’univers sonore d’un grand spectacle

Dominique Vinck (UNIL ISS), membre du dhCenter, Sarah Waeber (UNIL STSLab) et Mylène Tanferri (UNIL STSLab) ont publié un article intitulé “Produire un son « naturel »: Imbrication et différenciation de l’analogique et du numérique pour créer l’univers sonore d’un grand spectacle” dans TSANTSA – Revue de la Société Suisse d’Ethnologie. Le numéro a pour thème “Matières à dé/connexion: naturel, synthétique, digital”.

Résumé

Partant d’une enquête ethnographique portant sur la sonorisation d’un spectacle de grande ampleur, l’article cherche à comprendre ce qu’il advient du son traité numériquement dans une situation où les ingénieurs impliqués cherchent à produire un «son naturel». L’enquête prête attention à l’ontologie de ce qui compose le son pour répondre à la question de sa naturalité et la façon dont ses différentes matérialités y contribuent. Le terrain d’enquête est une célébration qui n’a lieu qu’une fois par génération, depuis trois siècles, et mobilise plusieurs milliers de personnes dont une vingtaine d’ingénieur·e·s du son. L’article rend compte du son comme un accomplissement pratique, fruit de multiples conversions et opérations de nettoyage.

Vol. 26 (2021): Matières à dé/connexion: naturel, synthétique, digital

The world is experiencing new relations between natural, synthetic, and digital substances. Rather than considering these as materially distinct or ontologically separate, this special issue of TSANTSA interrogates how they are interlocked in socio-material processes of mediation, transmutation, and valuation. By conceptualizing the specificity of their separateness, the special issue makes possible the comparison and commensuration of their relationship, and to move beyond their essential qualities. What are the boundaries, leakages, or dis/connections between human and digital, natural and artificial, the organic and synthetic matters? Based on ethnographic research in laboratories, gold refineries, bio-tech microbial seeds and digitally-produced natural sounds, human-machine apps and cellular agriculture, each contribution theorizes the mediation, transmutation, and valuation of natural synthetics, the humanness of artificial intelligence, or the materiality of digital elements.

 

Vinck, D., Waeber, S., & Tanferri, M. (2021). Produire un son « naturel »: Imbrication et différenciation de l’analogique et du numérique pour créer l’univers sonore d’un grand spectacle . TSANTSA – Revue De La Société Suisse d’Éthnologie, 26, 51-70. https://doi.org/10.36950/tsantsa.2021.26.6920