DHCenter - logo
iStock

Dans un article publié le 25 mars 2021, l’EPFL annonce un partenariat entre l’Office fédérale des statistiques (OFS) et le Swiss Data Science Center, une structure commune aux deux Écoles polytechniques fédérales. Ce partenariat stratégique prend forme au sein du Centre de compétences en science des données de l’OFS et a pour but de favoriser l’utilisation de la science des données et de l’intelligence artificielle au sein de l’administration.

La numérisation de la société requiert toujours plus de compétences en science des données au sein des institutions. Il s’agit notamment de permettre l’intégration d’outils issus de l’intelligence artificielle de façon sûre et bénéfique pour la société dans son ensemble. Pionnier au sein de l’administration fédérale, l’OFS s’associe dans cette optique avec le Swiss Data Science Center (SDSC), une structure conjointe des deux Écoles polytechniques fédérales.

«Je suis extrêmement enthousiasmé par ce partenariat stratégique d’un projet commun phare entre nos deux écoles et l’OFS», déclare Martin Vetterli, président de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). «Cela me rappelle le partenariat entre l’Alan Turing Institute, basé à Londres, et le British Office for National Statistics, engagés dans une vision commune de la recherche et de l’innovation en matière de science des données.»

Trois volets de collaboration

Le premier volet de la collaboration renforce le Centre de compétence en science des données (DSCC) de l’OFS, dont le SDSC devient un partenaire stratégique. L’EPFL et l’ETH Zürich appuient l’OFS pour identifier les profils nécessaires et recruter les spécialistes qui composeront le Centre; les deux Écoles s’engagent en outre à accueillir ces collaborateurs «en résidence» au sein des laboratoires du SDSC dans une perspective de développement de leurs compétences et de mise en réseau des acteurs de ce domaine en Suisse. Enfin, les partenaires identifieront conjointement les projets prioritaires du DSCC et travailleront ensemble à leur exécution.

Le second volet porte sur la collaboration en matière d’infrastructure. La plateforme technologique open source RENKU, développée par le SDSC, sera utilisée par le DSCC. Sur le réseau académique SWITCH, RENKU permet de pratiquer la science des données et l’intelligence artificielle de façon collaborative et reproductible, qui sont des critères essentiels pour l’OFS. Une instance dédiée à l’OFS a été spécifiquement créée, de manière à pouvoir appliquer systématiquement les principes de protection des données prévus par la loi. Les données ne quittent à aucun moment le territoire suisse.

Le troisième volet vise à promouvoir la compréhension, le partage de savoir, des connaissances et pratiques en science des données et intelligence artificielle au sein de l’administration fédérale.

Numérisation et administration publique

«Avec ce partenariat, l’OFS se donne les moyens de remplir la mission cruciale pour les administrations publiques que le Conseil fédéral lui a confiée en mai 2020. Dans la foulée du lancement de son DSCC au 1er janvier 2021, il pourra ainsi répondre aux défis induits par les profonds changements de l’écosystème des données et par l’utilisation accrue d’algorithmes dans le secteur public», se réjouit Georges-Simon Ulrich, directeur de l’OFS.

Concrètement, le DSCC va fonctionner comme prestataire de services en science des données pour toute l’administration fédérale. Il recherche et encourage la collaboration avec les autres niveaux de l’État (cantons et communes). Le DSCC a pour mission de travailler à la croisée entre la science des données et l’intelligence artificielle. Sa mission est de développer des compétences permettant d’utiliser les méthodes, techniques et pratiques issues de la science des données et de l’intelligence artificielle pour créer une nouvelle compréhension des domaines liés aux politiques publiques et ainsi faciliter la prise de décisions pour le bien de la collectivité, dans le respect des principes éthiques.

Président de l’ETH Zürich, Joël Mesot relève toute la pertinence de ce partenariat. «Mettre la science des données et l’intelligence artificielle au service du bien commun fait partie des grands défis d’aujourd’hui. Les EPF sont fières de pouvoir apporter leurs compétences dans ce domaine et de soutenir la Confédération dans cette transition afin qu’elle se fasse au bénéfice de tous les acteurs de la société».

À propos du Swiss Data Science Center (SDSC)

En 2017, le Conseil des EPF lançait une initiative nationale en matière de science des données, qui a abouti à la création d’une entité commune unique entre l’EPFL et l’ETH Zurich: le Swiss Data Science Center (SDSC), devant promouvoir l’innovation dans la science des données, la recherche multidisciplinaire et la science ouverte. La mission du SDSC est d’accélérer l’utilisation de la science des données et des techniques d’apprentissage automatique dans les disciplines académiques et l’industrie.

Source: Office fédéral de la statistique, EPFL Mediacom, 25.03.2021, Les EPF et l’OFS s’allient autour des sciences des données et de l’IA

Features

« Une fausse vérité peut-elle changer le monde? » Episode 1: Laurence Kaufmann & Pascal Wagner-Egger

Calls

FF21: Fantastic Futures, 3rd International Conference on Artificial Intelligence for Librairies, Archives and Museums

Career opportunities

JOB: Digital Humanities Project Manager for the dhCenter UNIL-EPFL

Career opportunities

EPFL Job : Systems / Software Engineer (60%-100%)

Uncategorized

EPFL Library survey on Research Data Management