24 heures : un article et un calculateur de pollution élaborés par trois étudiants de l’EPFL.

Le 4 juillet, le journal 24 heures a publié l’article « Les gestes qui rendent votre bébé plus écologique » sur le coût écologique des produits pour bébés. Un calculateur de pollution l’accompagne et permet également aux parents d’identifier les gestes qui peuvent changer la donne.

Cet article et le calculateur ont été conçus par trois étudiants de l’EPFL, Ghali Chraibi, Manon Michel et Guillaume Parchet dans le cadre du cours de Master UNIL-EPFL «Les données en contexte», en partenariat avec Tamedia. Charlotte Mazel-Cabasse, directrice du dhCenter, ainsi que Cécile Denayrouse et Paul Ronga, journalistes, les ont encadrés dans leur travail.

Pourquoi s’intéresser à l’impact écologique des bébés?

Il est surprenant de constater qu’en 2021 il reste tant de produits liés à la petite enfance dont nous ignorons tout de l’empreinte écologique. Ce manque d’informations nous a encouragés à entreprendre des recherches à travers lesquelles nous espérons informer et faire un premier pas pour plus de transparence de la part des entreprises.

Comment nous avons procédé

Pour poser les bases de l’article, nous avons lu de nombreuses publications scientifiques et contacté des experts de l’industrie et du monde académique, afin d’obtenir des informations dans un domaine encore relativement peu documenté.

Afin d’aider les lecteurs à identifier l’impact environnemental de leurs choix, nous avons conçu un calculateur d’empreinte écologique. La problématique étant très vaste, nous nous sommes focalisés sur l’alimentation, les vêtements, les couches et les jouets des bébés. Les résultats sont approximatifs en raison du manque de données disponibles sur les bilans carbones des produits de puériculture, mais aussi de tous les paramètres dont il est impossible de tenir compte.

Ce que nous retenons

Même si certains acteurs font un réel effort de transparence, le coût carbone ne devient intéressant que lorsqu’il couvre tout le processus de fabrication d’un produit. Il faut donc que chaque maillon de la chaîne coopère (récolte des matières premières, transport, production et élimination). S’il est important que les jeunes parents soient sensibilisés à l’impact écologique des produits destinés à leur bébé, il est primordial que le secteur industriel et les politiques publiques fassent un effort de transparence.

Retrouver l’article ici.